C’était durant le 12/13 de France 3 Aquitaine de ce samedi 17 novembre. Une journaliste est invitée à prendre la parole pour faire un point sur la situation mais au bout de quelques secondes seulement, la présentatrice du JT l’interrompt brusquement pour reprendre l’antenne.

Il faut dire que la journaliste, Loriane de Casanove, était très critique envers les forces de l’ordre. « Les policiers ont menacé les manifestants », « Les CRS sont arrivés avec leur matraque et leur bouclier ». Est-ce une simple coïncidence ou de la censure ?

Plusieurs points de blocage sont toujours en cours. À Virsac où un millier de gilets jaunes s’est retrouvé pour une opération « péage gratuit », la situation s’est tendue depuis la fin de journée.

À 20 heures, plusieurs actions des gilets jaunes sont toujours en cours en Gironde, et la situation s’est tendue au péage autoroutier de l’A10 à Virsac. Les forces de l’ordre y interviennent depuis 17 heures pour évacuer les manifestants.

À 20 heures, plus de 200 manifestants étaient toujours sur place, décidés à rester. Pour les déloger, les gendarmes et CRS déployés ont dû faire usage de la force (gaz lacrymogène, notamment).

Plusieurs interpellations ont eu lieu. Mais on ignore combien, à ce stade. Deux CRS et deux gendarmes ont été blessés.

« Le préfet condamne avec la plus grande fermeté la violence envers les forces de l’ordre. Il salue l’engagement des policiers et gendarmes mobilisés depuis les premières heures de la journée pour assurer la sécurité de tous », indique la préfecture dans un communiqué.

.

L’A10 fermée

Par arrêté préfectoral, l’A10 a été fermée à partir de l’échangeur 39, dans le sens sud-nord, et, dans le sens nord-sud, une déviation est en place à partir de la sortie 38 par la D137. Cette fermeture a pour but de « sécuriser les lieux en raison de la nuit, le temps de l’intervention des forces de l’ordre », indique-t-on à la préfecture.

En outre, deux autres points de blocage sur des axes majeurs persistent : le pont d’Aquitaine, toujours fermé, et la circulation bloquée sur l’autoroute A63, en provenance de Bayonne, dans le sens sud-nord.

D’autres rassemblements mais de moindre ampleur sont toujours en cours sur le réseau secondaire à Pauillac, Listrac-Médoc, Marcheprime ou encore Bouliac (rond-point du centre commercial).

Selon la préfecture, du « matériel public a été détruit par les manifestants sur le pont d’Aquitaine (caméras de surveillance) et au péage de Virsac (caméras, barrière de sécurité et barricades enflammées) ». Au total, huit interpellations en lien avec le mouvement des « gilets jaunes » ont eu lieu ce samedi en Gironde.

 

Source : France 3 AquitaineSud Ouest

Ajout du 19 novembre 2018 : 

Selon Le Parisien, je cite : « Non, France 3 Aquitaine n’a pas censuré un direct sur les Gilets jaunes ». L’explication donnée par France 3 :

« On avait 40 secondes pour faire un dernier point sur la situation au pont d’Aquitaine et « détitrer » (finir le journal et dire au revoir aux téléspectateurs, NDLR). La journaliste sur place a dépassé le temps imparti, la présentatrice en plateau a tenté de la couper au moment le plus opportun dans le contexte du rendu d’antenne »

Chacun se fera sa propre opinion !


Suivant ➜

Commentaires

commentaires