A Caen, la protestation des gilets jaunes se poursuit. Ils réclament la démission du président de la République, pour lever leur mouvement.

Madame, Monsieur, cher(e)s ami(e)s et compatriotes,

Après cinq années d’écriture, le 3 janvier 2017, écœuré par la lâcheté politique persistante d’une grande majorité de Français et des gouvernants mondialistes élus par eux dans un contexte flagrant d’ignorance des enjeux politiques, je pris la décision d’arrêter l’écriture de ma rubrique « Le phare fouilleur » qui se voulait une tentative de compréhension d’une certaine pensée politique française.

À l’occasion de cette « journée des Gilets Jaunes » qui affole les responsables politiques trop bien payé(e)s pour les lois qu’ils votent et bien installé(e)s dans leur véhicule de fonction dont le carburant est payé par nos impôts, je tiens à m’associer à ce ras-le-bol.

Sans aucun mot d’ordre des partis politiques émasculés par le mondialisme instauré par les lobbies et les franc-macs, ni des syndicats ex-rois-de-la-rue, 70 % des Français se rebiffent enfin : 

les cocus de SARKOZY,

les sans-dents de HOLLANDE,

les fainéants de MACRON,

… en ont marre d’être pris pour de la merde ! 

Après 18 mois d’un pouvoir qu’il n’a pas pris mais ramassé au sol, Emmanuel MACRON, chef de file du mouvement « En Marche » élu à la présidence de la République le 7 mai 2017, a atteint la limite de ses compétences vendues sans vergogne à une majorité de Français aveugles et sourds jusqu’à la présente journée qui, je l’espère, signe le début de sa fin politique.

Manu-le-désinvolte, vous n’êtes pas mon président et je sais à quoi vous sert d’être titulaire d’un DEA de philosophie, diplômé de Sciences Po et de l’ENA : à tromper les Français !

Certes, les éléphants de l’UMPS se sont fait hara-kiri (il était temps que ces incompétents magouilleurs disparaissent !) et vous avez osé dire « je vous aime » aux électeurs orphelins, pendant votre campagne présidentielle, avec parfois des cris et des crispations de visage dignes d’une pièce de théâtre de boulevard.

Vous avez mis neuf mois (d’août 2016 à mai 2017) pour devenir une sorte de violeur de la France mais… avec son consentement !

Certes vous avez pris certaines mesures (d’autant plus facilement que vos deux prédécesseurs n’ont rien fait, ou si peu) et prétendre le contraire serait ridicule, mais il semble que les grandes difficultés sociales et financières des Français d’aujourd’hui ne vous atteignent pas :

 le niveau du chômage est alarmant et les mesures efficaces pour une reprise du travail tardent,

 la dette de l’État reste abyssale et fragilise le budget national,

 les dépenses publiques sont exagérément élevées, alors que leur réduction est vitale pour faire face aux enjeux du futur,

 le niveau de l’invasion migratoire, décidée sans référendum à des fins mondialistes, a des conséquences dramatiques sur la politique intérieure de la France et le budget de l’État,

 l’insécurité augmente quotidiennement mais pas autour de l’Élysée,

 les conséquences du terrorisme ambiant sont très préoccupantes :

Pourquoi avoir laissé revenir les « jihadistes français », pourquoi ne pas les avoir destitués de la nationalité française, pourquoi les laisser vivre tranquillement dans les prisons financées par nos impôts ?

 le coût de la vie explose pour tous les Français sauf pour vous.

Ignorant tout cela, vous avez osé dire en face à certaines personnes qui vous ont interpellé en vous faisant remarquer qu’elles n’avaient que 850 € par mois pour vivre : « J’entends… je sais que c’est difficile ».

Faux ! Vous faites semblant d’entendre et ne changez rien à votre politique démagogique qui rend les gens modestes plus fragiles.

Vous avez même osé rajouter « vous êtes adorables… j’ai besoin de vous… » affichant ainsi à leur égard un mépris incommensurable !

Quant à votre décision d’augmenter les taxes sur les carburants, elle fait de vous et des ministres concernés des fossoyeurs de la classe moyenne dont l’activité professionnelle impose l’usage d’une voiture.

Cette journée de manifestation anti-taxe pétrolière, qui devrait déclencher au moins 2 000 points de rassemblement, a une autre portée politique qui signifie à peu près ceci :

Manu-le-désinvolteLES FRANÇAIS EN ONT MARRE DE VOTRE POLITIQUE ARROGANTE !

Comment ignorer que cette taxe abusive a pour seul but, non pas de rendre la transition écologique possible (nouveau fantasme de votre majorité) mais de remplir les caisses de l’État ?

Peu après :

 vos selfies indécents avec des « fils de migrants, noirs et pédés » (!), dans la cour de l’Élysée (!),

 votre accolade non moins indécente avec un Caribéen sorti de prison qui osa, pour la photo-souvenir (question de kif, bien sûr), faire un doigt d’honneur (!) devant votre mine extasiée (!),

 votre récente allocution de l’Élysée, dans la pénombre (!), sans prompteur (!), devant une feuille raturée (!),

 votre dernière allocution à bord de notre porte-avions, devant un avion Rafale, à l’occasion de laquelle vous avez reconnu avoir échoué sur le « rapprochement des élites avec le peuple », après de telles mises en scène, dont certaines indignes d’un président de la République française, nous sommes nombreux à souhaiter…. 

QUE CETTE TAXE SUR LES CARBURANTS SIGNE LE DÉBUT DE VOTRE FIN POLITIQUE !

Au fait : Marion MARÉCHAL… revenez vite !

Michel Salanon pour Riposte Laïque


Suivant ➜

Commentaires

commentaires