Lorsqu’il s’agit d’isoler et d’individualiser les salariés, les patrons sont prêts à investir dans la créativité !

Un casque au format œillères vient d’être présenté par Panasonic : le Panasonic Wear Space, qui permet, soi-disant, aux employés de bureau de travailler en toute tranquillité et ne pas être dérangés par des informations extérieures, lorsque ceux-ci travaillent au sein d’open space. Une nouvelle manière d’augmenter la productivité et couper tout lien social qui se crée sur les lieux de travail.

Il suffit d’un coup d’œil au Panasonic Wear Space pour comprendre qu’il s’agit de véritables œillères, qui seront demain proposées (puis imposées) aux travailleurs des open space.

Si les œillères sont aujourd’hui utilisées pour restreindre l’angle de vue des chevaux lors des courses équestres dans le but d’augmenter leur concentration et donc leur performance, elles seront demain utilisées aux mêmes fins dans les entreprises, sur les travailleurs.

Conçues pour réduire le champ de vision et le bruit entourant chaque utilisateur au travail, sont-elles une bonne réponse aux problématiques de travail en open space ?

Ces espaces sur plateau, apparus en Europe autour des années 80, n’ont pas cessé d’être vantés par les patrons de grosses entreprises, leur permettant de rentabiliser les superficies de travail (et donc de moins débourser dans leur infrastructure), mais aussi « libérer la communication » au sein de leur boîte.

La véritable raison étant bien entendu la possibilité offerte aux chefs d’équipe de contrôler en permanence l’ensemble des employés. Il suffit d’ailleurs de passer 1h dans un tel espace pour se rendre compte qu’un tel environnement est absolument insupportable et inhumain !

Ce sont pourtant 20% des salariés en France qui travaillent au sein d’un open space (contre plus de 70 % en Grande-Bretagne), et endurent au quotidien le bruit, le brouhaha incessant et le stress de travailler sous surveillance constante, ou de se croire surveillés en permanence.

Alors pour lutter contre le bruit, les cadences infernales et la suspicion en règle (car c’est bien de cela que souffrent les travailleurs, du privé comme du public), un casque œillères est-il le remède miracle ? Doit-on traiter les salariés comme des bêtes de somme ?

Les travailleurs ont besoin de conditions dignes de travail : espace de travail à taille humaine, conditions d’hygiène et sécurité respectées, diminution du temps de travail, augmentation des salaires…

Ce casque œillères est à n’en pas douter une courte vue de l’esprit humain.

 

Source : Révolution Permanente


Suivant ➜

Commentaires

commentaires